Mettre mon site en page de damarrage Accueil  Chercher    Favoris     Galerie   Annonces     Contacts    Courriel             


     
   Jouy en Josas les 8 & 9 Novembre 2003       
   

 Lundi 23 Octobre 2017

 
   
Nos retrouvailles , 31 ans après ... !

Bonjour à vous tous ... !

Samedi 08 novembre 2003 , le jour J des retrouvailles 31 ans après . 

  • Une vive émotion étreignait nos âmes , mêlé à une certaine appréhension .

  • De petits présents personnels que l'on offre avec affection.

L'organisation parfaite de ce séjour à Jouy en Josas par Didier BUCHOTTE .

  • Les timing respectés, malgré des impondérables .

Malheureusement , 2 copains n'ont pu venir, frappés par le décès 
subit de proches .

Notre copain Bernard HOUEL , actuellement en villégiature et repérage à Madagascar , nous a téléphonés le dimanche 9 novembre de manière à quand même participer aux retrouvailles .

Arrêt d'une période pour aller  à Madagascar tous ensembles  ' octobre-novembre 2007 ''

D'un commun accord , nous avons décidés de reconduire les retrouvailles annuellement .

Les  retrouvailles 2005   se feront dans l'est , les copains de là bas
 l'ayant demandés .

les retrouvailles prochaines se feront à ARNAS dans la région du Beaujolais.

Dates prévues , du   Jeudi 11 novembre 2004  au  Dimanche 14  novembre 2004  . 
Le Jeudi 11 novembre est férié .

 
Le Vendredi 12 novembre 2004 est ouvrable , mais en s'arrangeant  ... .
  ( rtt , jours de congés )
Celà nous ferait un long week-end de 4 jours pleins . Gastronomie,tourisme,les caves, etc ....

  • Organisation logistique locale de Jean-Pierre Guillot.

  • Michel Derommelaere pour les tâches de coordinations administratives et supervision .

 

Jacques et Claudine VILLATOUX , pour nous remercier de les avoir invités à nos retrouvailles ont offerts à chacun des anciens paras présents ; et individuellement ; un triptyque composé d'une plaquette du 2ème. RPIMA , une copie des 2 fanions que Claudine VILLATOUX a brodés de sa main en 1971 en l'honneur de notre section, et une médaille commémorative de la bataille de *.BAZEILLES  dédicacée par jacques VILLATOUX . 
Cette touchante et émouvante attention restera longtemps dans nos coeurs . 
Les copains absents ce jour là , reçevrons aussi par poste les présents que nous avons reçus.
Nous avons toujours tous reconnus la parfaite correction de notre Lieutenant ; chef de section de l'époque ; correction qui sied à un officier dans la tradition ancestrale de l'armée française.
De ce fait , nous l'avons toujours considéré et reconnu comme un des nôtres .
Il aurait été impensable qu'il ne fut pas présent à ce moment là .
( sauf cas de force majeure )


 


*. BAZEILLES  

En été 1870, l' Est de la France est occupé par trois armées allemandes.
L' après-midi du 31 août, Sedan est encerclé.

A l'Ouest, les forces du Prince héritier de Prusse ; à l' Est, les troupes du Prince Royal de Saxe attaquent BAZEILLES, tenue par la " Division Bleue ", qui a rejoint les Ardennes en une marche forcée de six jours.

Pour la première fois dans l'Histoire des Troupes de Marine, dont la création remonte à 1622, quatre Régiments de Marche (1er, 2ème, 3ème et 4ème RIMa) et un Régiment d'Artillerie (1er RAMa) sont réunis pour constituer la Division d'Infanterie de Marine, aussitôt baptisée " Division Bleue ".

A peine installés sur les hauteurs qui dominent BAZEILLES, les 2ème et 3ème RIMa (Brigade Martin de Pallières), reçoivent l'ordre de prendre le village, clé de la défense de Sedan.
 
Dans une charge rapide, malgré la résistance furieuse des Bavarois, nos " marsouins " culbutent l'ennemi et occupent BAZEILLES.

Le Corps d'Armée bavarois, supérieur en nombre et en artillerie, contre attaque et réussit à prendre pied dans le village, en dépit d'une défense acharnée des " marsouins ", renforcés des 1er et 4ème RIMa (Brigade Reboul).
Alors commence une lutte farouche, entre la Division Bleue et l'Armée bavaroise, soutenue par le feu de dix-huit batteries d'artillerie. Se battant à un contre dix, éprouvés par la chaleur et la soif, la gorge brûlée par la fumée des incendies, écrasés par les obus, les " marsouins " vont chasser l'ennemi du village.
A ce moment des combats, les Français reçoivent l'ordre déchirant d'abandonner BAZEILLES, pour faire l'effort ailleurs : ce que l'ennemi n'a pas réussi, la discipline l'obtient ... le village est évacué.

Quelques heures plus tard, la situation ayant défavorablement évoluée pour l'Armée française, la Division d'Infanterie de Marine reçoit l'ordre de reprendre BAZEILLES. Les restes des quatre Régiments, rassemblés par le Général Vassoigne, s'emparent du village, pour la quatrième fois.

Les forces bavaroises, encore renforcées, lancent alors une attaque décisive. La résistance est menée par une poignée de braves des quatre Régiments français, que confondent une même ardeur, un même courage et le même mépris du danger. Les " marsouins " sèment la mort autour d'eux, et ne succombent qu'écrasés par le nombre, et après avoir défendu pied à pied, chaque rue, chaque maison, chaque pan de mur, et tiré jusqu'à la " dernière cartouche ".

La " Division Bleue " compte, au cours de ces tragiques journées, 2655 tués, blessés et disparus. Les statistiques allemandes estiment à 5000 hommes les pertes des bavarois.

 

<-  Haut de page  ->

   
         
   


Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent
(art. 34 de la loi 'Informatique et Libertés')

   
JOUY en JOSAS
ARNAS - 11/2004
Documents 
Témoignages 
Partenaires

Statistiques

Tot.Visites: 247351
Aujourd'hui: 20
Connectés : 1

 
Création : Michel DEROMMELAERE | © Design : LaCasaGoum.com